Journée internationale des femmes et des filles dans la science

La recherche aujourd'hui - n'est pas une activité réservée aux hommes

10 févr. 2023 | AMANDA CARACAS
La recherche se nourrit de la diversité des idées, de nouvelles perspectives, du talent et de la créativité. L'Empa est convaincue qu'en impliquant et en soutenant les chercheuses, il est possible de relever et de résoudre les plus grands défis d'aujourd'hui. À l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles dans la science, cinq chercheuses de l'Empa dont les contributions ont façonné la science au niveau national et international seront présentées.
/documents/56164/24692351/Women+in+Science+Day+Stopper/14cc98d1-7f00-4f11-89be-3def0a230575?t=1675970621373
Découvrir quelque chose de nouveau chaque jour : C'est ce que la scientifique Evgeniia Gilshtein, qui travaille sur la prochaine génération de cellules solaires à couches minces haute performance au laboratoire "Thin Films and Photovoltaics" de l'Empa, aime le plus dans son travail. Image : Empa

Le 11 février marque la Journée internationale des femmes et des filles dans la science. Cette initiative, créée en 2015 par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), vise à encourager les femmes et les filles à envisager des carrières scientifiques, à mettre en lumière le rôle indispensable des femmes dans les sciences et à créer des modèles pour les générations actuelles et futures.

Un peu plus d'un quart du personnel scientifique de l'Empa est composé de femmes, une proportion stable au cours des quatre dernières années - mais qui peut encore être améliorée. "L'égalité des chances est une clé importante pour un travail de recherche exceptionnel. Nous sommes très attachés à soutenir nos jeunes femmes et à les motiver à ne pas abandonner leur carrière, même si elles fondent une famille. Pour l'avenir, nous souhaitons permettre à davantage de femmes d'accéder à des fonctions dirigeantes", déclare Tanja Zimmermann, directrice de l'Empa. "L'Empa a pris de nombreuses mesures pour augmenter la proportion de femmes. Des programmes tels que "Fix the leaky Pipeline" ou le programme de mentorat "feM-LEAD", ainsi que le soutien aux collaboratrices et collaborateurs qui reviennent d'un congé parental grâce au "Restart Support" en font partie. C'est un plaisir de voir autant de femmes motivées à l'Empa ; elles sont un excellent modèle pour les futurs scientifiques", déclare Melina Spycher, experte en Diversity and Inclusion à l'Empa, à l'Eawag et à l'Institut Paul Scherrer (PSI).

Miriam Elser, laboratoire Automotive Powertrain Technologies
/documents/56164/24692351/Miriam+Elser/5ad615dd-f78d-4f68-bda5-458611ec8a44?t=1675970864013
Tout au long de sa carrière, la chercheuse Miriam Elser a été encouragée à poursuivre sa passion pour les sujets scientifiques. Aujourd'hui, elle dirige le Groupe de recherche sur les systèmes de véhicules à l'Empa. Image : Empa

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?
Avant tout, j'ai toujours aimé la polyvalence de mon travail ; chaque jour est différent et rempli de nombreuses tâches intéressantes : planifier de nouveaux projets, réaliser des expériences, donner des conférences, etc. Bien sûr, il y a aussi des tâches que j'aime moins, comme le travail administratif, mais elles sont compensées par les activités intéressantes.

Qui vous a donné envie de faire carrière dans les sciences ?
J'ai toujours aimé les matières scientifiques à l'école, mais je ne voyais pas clairement les perspectives de carrière qu'elles pouvaient m'ouvrir, ce qui m'a causé une certaine anxiété à l'âge de 17 ans, lorsque j'ai dû choisir un programme d'études. Cependant, mes parents m'ont fortement encouragé à choisir une discipline que j'aimais, quelles que soient les perspectives de carrière. J'ai donc décidé d'étudier la physique et, après un doctorat sur la pollution atmosphérique, je dirige aujourd'hui un groupe de recherche dans un domaine de l'ingénierie, ce que je n'aurais certainement pas imaginé à l'âge de 17 ans. Mais je peux dire avec grand plaisir que j'ai apprécié ce parcours jusqu'à présent, et je me réjouis de l'avenir.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes/filles ?
Les emplois scientifiques sont créatifs et passionnants, peuvent être très gratifiants et vous donnent beaucoup de liberté pour choisir vos recherches et votre parcours professionnel. En effet, les compétences et les connaissances que vous développez au cours de ce processus peuvent vous mener dans de nombreuses directions différentes. Le travail occupera probablement une grande partie de votre vie, alors trouvez quelque chose qui vous plaît vraiment sans être limité par le système, la société ou d'autres idées préconçues.

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre travail ?
Je suis fière que nos recherches puissent contribuer à atténuer les incidences environnementales et énergétiques du trafic routier, à améliorer la qualité de vie des gens et à prévenir les décès prématurés causés par la pollution atmosphérique.

Amy Jenelle Knorpp, laboratoire Céramique haute performance
/documents/56164/24692351/Amy+Knorpp/6382f79e-e2e1-446e-ad5a-5cfe23f91c88?t=1675971027413
Amy Jenelle Knorpp, jeune chercheuse de l'Empa, s'intéresse aux matériaux à haute entropie. Ces nouveaux matériaux restent stables à des températures extrêmement élevées et peuvent être utilisés, par exemple, pour le stockage de l'énergie. Image : Empa

Pourquoi encouragez-vous les filles et les jeunes femmes à travailler dans les sciences ?
Les nombreux défis auxquels notre société est actuellement confrontée nécessiteront des solutions scientifiques et d'ingénierie créatives et globales. C'est une période passionnante pour faire partie de la science, et une période où chacun peut avoir un impact important.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail ?
J'aime particulièrement le fait de pouvoir travailler et collaborer avec des experts ayant la même curiosité pour la recherche scientifique.

Qui vous a incité à poursuivre une carrière scientifique ?
Mon père m'a toujours encouragé à demander pourquoi ou comment quelque chose fonctionnait, et il m'a montré que la découverte de la compréhension du monde qui nous entoure était une aventure amusante et passionnante. Cet encouragement m'a naturellement poussée à devenir une scientifique.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes/filles ?
En tant que mère d'une petite fille, j'espère pouvoir lui conseiller de suivre ses passions et de garder à l'esprit la meilleure façon d'avoir un impact positif sur le monde.

De quoi êtes-vous particulièrement fière dans votre travail ?
Je suis particulièrement fière de travailler avec de nouveaux matériaux et de les concevoir pour qu'ils puissent être utilisés dans des applications à consommation zéro.

Manon Murdeu, laboratoire Interactions particules-biologie
/documents/56164/24692351/Manon+Murdeu/887a81f4-d700-47cb-9814-4157144d1247?t=1675970911980
La recherche sur la santé des femmes tient à cœur à Manon Murdeu. Elle travaille actuellement à la mise au point de tests d'embryotoxicité sans avoir recours à l'expérimentation animale. Image : Empa

Pourquoi encouragez-vous les filles et les jeunes femmes à travailler dans le domaine scientifique ?
Pour participer activement au changement, pour inspirer et démontrer aux jeunes femmes que la science n'est pas une question de sexe mais d'esprit, que nos paroles et nos actions ont une valeur. Explorer de nouvelles possibilités et briser les vieux murs construits par les préjugés. Enfin, et ce n'est pas la moindre des satisfactions personnelles, aider la communauté - et la société - en essayant de répondre à certaines questions non résolues.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail ?
Je peux contribuer directement à la recherche sur la santé des femmes en faisant partie d'une communauté ouverte d'esprit, ce qui me permet d'acquérir de nouvelles connaissances pour créer une base solide pour les futures percées scientifiques.

Qui vous a incité à poursuivre une carrière scientifique ?
Depuis toute petite, je voulais être chercheuse, être la Rita Levi Montalcini* de mon époque - non pas pour le prix Nobel, mais pour l'impact qu'elle a eu sur la société et la communauté scientifique. J'ai également été inspirée par ma famille. Même s'ils ne travaillaient pas dans un domaine scientifique, ils m'ont incitée à ne pas avoir peur d'essayer de nouvelles choses et m'ont encouragée à être courageuse et à découvrir l'inconnu.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes femmes/filles ?
Sortez de votre zone de confort, essayez de nouvelles choses, soyez curieuse et n'ayez pas peur de partager vos pensées et vos idées. Vous serez surprises de voir à quel point quelques mots ou une petite action peuvent changer le monde qui nous entoure.

De quoi êtes-vous particulièrement fière dans votre travail ?
Je participe directement à la recherche sur la santé des femmes et je peux contribuer à améliorer la qualité de vie des femmes. Je peux rencontrer et créer des liens avec des personnes d'horizons différents dans le but commun de trouver des solutions pour un monde meilleur. Je suis fière de pouvoir parler de ce qui est considéré comme un tabou et d'essayer de briser la barrière entre la science et la société. À partir de ma "bulle", mon travail et ses résultats peuvent s'étendre davantage et faire prendre conscience des possibilités et du pouvoir que leurs idées peuvent avoir.

* Rita Levi Montalcini (*1909, †2012) était un médecin et neurobiologiste d'origine italienne. En 1986, elle a reçu le prix Nobel de médecine et de physiologie, avec le biochimiste américain Stanley Cohen, pour ses découvertes de principes importants en neurosciences et du facteur de croissance nerveuse NGF. Montalcini était considérée comme une icône à une époque où il n'y avait pratiquement pas de femmes dans la recherche.

Kerstin Thorwarth, Coating Competence Center
/documents/56164/24692351/Kerstin+Thorwarth/318d883e-152d-4a5d-8332-f537abde38a0?t=1675970949730
La chercheuse Kerstin Thorwarth a développé un foret intelligent pour les implants cochléaires, qui sont insé-rés dans l'oreille interne d'une personne malentendante. Image : Empa

Pourquoi encouragez-vous les filles et les jeunes femmes à travailler dans les sciences ?
Travailler dans le domaine scientifique présente de multiples facettes. Malheureusement, on ne se rend souvent compte des possibilités qui s'offrent à nous qu'une fois que l'on est étudiant. Une recherche fructueuse requiert de la créativité, de l'imagination et un travail d'équipe - et n'a rien à voir avec l'image de l'intello solitaire qui persiste malheureusement dans l'esprit des gens.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail ?
Le travail d'équipe et l'environnement international, ouvert et créatif sont très enrichissants. Sans cela, une recherche fructueuse n'est pas possible.

Qui vous a incité à poursuivre une carrière scientifique ?
Mon professeur de physique a certainement joué un rôle majeur à l'époque. Il était un astronome amateur enthousiaste et proposait des cours supplémentaires tels que l'astronomie et la théorie du chaos. Il partageait avec nous son enthousiasme pour la science et n'enseignait pas la physique comme une matière purement académique. La physique est présente partout.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes/filles ?
Il est important de s'impliquer dans de nouvelles choses et de ne pas se laisser décourager par des obstacles apparents. L'image de l'intello solitaire est tout simplement fausse !

Antonia Neels, Centre d'analyse des rayons X
/documents/56164/24692351/Antonia+Neels/934c2ea5-d108-447d-89c7-95b8cc280354?t=1675970990707
La chercheuse Antonia Neels dirige le Center for X-Ray Analytics. Ses échantillons de matériaux, appelés "verres métalliques", ont été étudiés en microgravité à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Image : Empa

Pourquoi encouragez-vous les filles et les jeunes femmes à travailler dans le domaine scientifique ?
La science est passionnante et innovante tous les jours. Restez-y après votre master et faites de vos idées une réalité !

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?
Je participe à la recherche analytique, qui est indispensable pour les innovations en science des matériaux. La science des matériaux est énormément sollicitée aujourd'hui pour relever les défis de notre époque en matière d'environnement, d'énergie et de santé. Il est extrêmement gratifiant pour moi de travailler à la résolution de ces problèmes.

Qui vous a incité à poursuivre une carrière scientifique ?
Tout d'abord, ma famille : mon père est chimiste, mon grand-père était cristallographe. Ensuite, mes professeurs à l'école, qui ont encouragé mes penchants scientifiques. Plus tard, après mes études de chimie, mes mentors à l'Université de Neuchâtel, au CSEM et à l'Empa m'ont énormément motivée.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes/filles ?
Restez au top, poursuivez vos objectifs et faites-vous conseiller, soutenir et inspirer par votre famille, vos amis et votre environnement professionnel !

De quoi êtes-vous la plus fière dans votre travail ?
Je suis particulièrement fière d'une équipe solide et d'un échange scientifique ouvert et stimulant.

Information

Miriam Elser
Automotive Powertrain Technologies
Tél. +41 58 765 47 74

Amy Jenelle Knorpp
High Performance Ceramics
Tél. +41 58 765 60 33

Manon Murdeu
Particles-Biology Interactions Lab
Tél. +41 58 765 70 37

Kerstin Thorwarth
Surface Science and Coating Technologies
Tél. +41 58 765 45 47

Antonia Neels
Center for X-ray Analytics
Tél. +41 58 765 45 07


Rédaction / Contact médias


Links
Page de l'Empa sur l'égalité des chances

Follow us