Innovation Day 2014 de la Fédération textile suisse

Les textiles – nouvelles voies pour créer de la valeur ajoutée

26 août 2014 | REMIGIUS NIDERÖST
Le 21 août, plus de 250 participants des hautes écoles et de l’industrie textile ont exploré le potentiel d’innovation que recèlent les textiles lors de l’Innovation Day de la Fédération textile suisse TVS qui a eu lieu cette année à nouveau à l’Empa à Dübendorf.
/documents/56164/256671/a592-2014-08-25-b1m_innovationday.jpg/7a6fc6ee-4643-439d-90a3-4dff85932f44?t=1448303176080
 
Hanspeter Bär, un des conseiller en innovation de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI) a présenté aux participants les possibilités que la CTI offre aux PME suisses. «Nous sommes là pour vous faciliter la tâche», a-t-il déclaré. Et il pensait là entre autres au montant d’un total de 130 millions de francs avec lequel la CTI soutient chaque année des projets innovateurs d’institutions de recherche et d’entreprises, et cela dans la branche des textiles aussi.
 
L’horizon 2025
Thomas Strobel de la firme munichoise Fenwis GmbH et Klaus Jansen du Berliner Forschungskuratorium Textil ont jeté un regard sur l’avenir. Ils voient pour les textiles plus particulièrement dans le domaine technique de bonnes chances pour venir remplacer d’autres matériaux. Cela parce qu’ils sont entre autres légers, flexibles, déformables et susceptibles d’être rendus électro-conducteurs. Strobel et Jensen ont élaboré un document «Perspektive 2025» dont ils ont tirés quelques exemples des domaines dans lesquels les textiles pourraient contribuer à la résolution de défis posés à la société. Par exemple comme armature textile pour le béton, comme protection solaire avec production d’énergie intégrée, comme supports verticaux pour les cultures maraichères ou encore pour des vêtements à capteurs intégrés pour la communication entre les voitures et les piétons.

Andrea Weber de la Haute école spécialisée de Lucerne et le représentant de la Zürcher Seidenindustrie-Gesellschaft, Alexis Schwarzenbach, désirent utiliser la tradition de l’industrie textile à des fins d’innovation. Leur projet «Silk Memory» crée une archive digitale des textiles pour les étudiants, les chercheurs, les designers et les entreprises textiles. La base de cette banque de données est formée des archives et des collections passées de nombreuses entreprises textiles suisses, un fond très riche qu’il s’agit d’une part de conserver et qui, sous une forme digitalisée, peut fournir aux designers des idées pour leurs innovations futures. La vision de ces chercheurs est de créer une banque de donnes nationales disponible on-line sur le web.
 

 

 
  Les partenaires du Swiss Texnet présentaient aux participants un large aperçu de ce qu’ils peuvent leur offrir en matière de recherche et de développement dans le domaine des textiles. (© Swiss Texnet, photographe: Gabriele Pecoraino)
 

 
Le soudage laser – du développement à l’application
C’est un sujet un peu plus technique qu’a abordé l’ingénieur de l’Empa, Markus Weder avec la présentation du soudage laser, dont l’application aux textiles est relativement récente, et qui permet de réaliser des «coutures» absolument imperméables à l’eau et étanches à l’air. L’équipe de Weder a maintenant perfectionné de cette technologie qui est désormais applicable à l’échelle industrielle pour la confection de vêtements. Markus Hess de la firme Unico swiss tex GmbH a présenté quelques exemples de réalisations de son entreprises rendues possibles par cette technique innovatrice, tels que des vêtements réfrigérants pour des applications médicales ou dans le sport mais aussi des gilets pare-balle réfrigérants ou des maillots de corps équipés de capteurs. Le soudage laser des textiles demande toutefois des machines et des appareils appropriés. Les firmes Schips AG et Leister AG sont parvenues avec l’Empa et l’Ecole suisse de textile STF à développer une installation de soudage laser adaptée à la production industrielle.

Les fibres de lin, un matériau renouvelable, pourraient se prêter à la production de composites pour la construction légère, comme l’a montré Clemens Dransfeld de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW). Ces fibres pourraient venir remplacer les fibres de verre ou de carbone qui ne répondent pas particulièrement à des critères de durabilité. Quelques obstacles restent toutefois à franchir car leur mouillabilité restreinte et des difficultés dans leur traitement limitent encore leur utilisation. Dransfeld et le chercheur de l’Empa Dirk Hegemann pensent que la solution pourrait consister en un traitement plasma. Un procédé qui devrait permettre de modifier de manière ciblée les fibres de lin et de les fonctionnaliser pour obtenir finalement des fibres hautement résistante, légères et même biocompatibles pour le renforcement de matériaux composites.

 
Les textiles techniques protègent même les vestiges lacustres
Enfin l’ingénieur en génie civil Christian Bommer de la Hochschule für Technik Rapperswil (HSR) et Lorenz Kunz de la firme Sytec Bausysteme AG, ont montré comment ils ont utilisé un géotextile spécial pour protéger des intempéries le site lacustre de Rapperswil sur le lac de Zurich classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Un bel exemple de l’utilisation des textiles techniques dans les travaux d’infrastructure.

 
Comme chaque année, les pauses ont laissé aux participants suffisamment du temps pour faire de tour des «network-corners» afin d’y élargir leur réseau de relations. Et l’exposition parallèle leur a encore donné une vue d’ensemble de ce que peuvent leur offrir les partenaires du Swiss Texnet en matière de recherche et de développement dans le domaine des textile.
 
 
 

Informations


Rédaction / Contact médias