Écharpes et montres avec la technologie Empa

L'âge d'or des « fashionistas »

13 déc. 2016 | CORNELIA ZOGG
Le succès du fil d'or développé par Empa va plus loin. Après qu'une collection de sous-vêtements a été ennoblie avec cette technologie innovante, c'est au tour des écharpes et des montres de luxe. Les fines fibres high-tech sortant du laboratoire Empa auront parcouru un long chemin avant de rejoindre les podiums.
/documents/56164/456104/Goldgarn_KTI_Representative+Image/7b56e8d3-544c-4aed-8042-f2c6f7d59f4b?t=1481707311973
La «Big Band Broderie» de Hublot, brodée avec le fil d'or Empa.
/documents/56164/533602/KTI+Goldgarn+Schal/e72a617c-bb40-4b1a-92df-1cd07d3f2671?t=1461759530080
Une des écharpes tissées en fil d'or de la marque SOIE ET TOI du designer Kyrill Höhener

Une innovation Empa conquiert peu à peu l'univers de la mode. Le succès a commencé il y a deux ans avec des sous-vêtements élégants, brodés avec du fil d'or 24 carats. Il y a peu, les fils dorés ont fait leur entrée dans le secteur de l'horlogerie de luxe, la haute horlogerie : la manufacture de montres Hublot utilise le fil recouvert d'or d'Empa dans un cadran brodé. Un travail artisanal très raffiné avec du véritable or filé. Le fil doré est fabriqué en respect d'un brevet suisse par Tersuisse Multifils SA à Emmenbrücke.

Empa a effectué plus de dix ans de recherches fondamentales afin de développer un fil d'or qui est aussi doux qu'une fibre textile classique tout en étant indéchirable. Certes, les broderies dorées étaient déjà prisées depuis plusieurs décennies. Cependant, le prestige doré ne durait souvent pas longtemps. Autrefois, on entourait un fil d'or très fin autour d'un fil de coton ou de soie, le résultat était rêche et peu flexible. De plus, un lavage en machine était impensable. La nouvelle fibre dorée d'Empa résiste quant à elle à jusqu'à 6 heures de lavage en machine à 80 degrés (un lavage à la main est cependant recommandé pour les textiles délicats).

En effet, le procédé de fabrication développé par Empa dans une installation de revêtement à vide d'air, dans laquelle se trouvent les fibres à recouvrir et une pépite d'or 24 carats, permet de rendre le fil d'or très solide. La pépite est exposée à des électrodes, des atomes d'or se détachent - ils s'évaporent à température ambiante - et atterrissent sur la fibre. Un fil voit le jour à partir de 100 fibres de polyester de ce type. Pour le cadran de la collection de montres «Big Band Broderie» de Hublot, le fil d'or est brodé sur des fibres carbones, plongé et pressé dans la résine synthétique. En effet, l'aiguille ne doit pas rester accrochée sur le motif brodé.

Or chaleureux pour les mois d'hiver
Ce qui est beau au poignet peut être également glamour autour des épaules. Au cœur de l'univers textile européen, à Saint-Gall, des écharpes et foulards dorés sont réalisés depuis quelques semaines. Le designer textile suisse Kyrill Höhener ne crée par des articles en série avec le fil d'or mais des pièces uniques tissées à la main avec de l'or 24 carats – sur des métiers à tissés centenaires appartenant à sa famille. La «luxury collection» lancée il y a peu possède plusieurs «pièces dorées». Sur les métiers à tisser, plus de 2000 fils sont transformés en écharpe. Rien que l'installation et la préparation du métier à tisser prennent quelques jours. Ainsi, l'acheteuse ou l'acheteur d'une telle écharpe ne s'enveloppe pas seulement dans un accessoire simple mais dans du luxe à l'état pur – qui cache de la technologie et du savoir-faire Empa.