Lancement d'un nouvel axe stratégique de recherche

L'axe «Advanced Manufacturing» se met en place

14 nov. 2017 | RAINER KLOSE

L'industrie et les sciences cherchent des réponses au défi posé par la digitalisation – et cela aussi dans le domaine de la production industrielle. Afin d'assurer à la Suisse la disponibilité du savoir-faire nécessaire pour cela, le Domaine des EPF lancé l’axe de recherche stratégique „Advanced Manufacturing“. La manifestation du lancement de ce nouvel axe de recherche a eu lieu lundi à Berne en présence du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

/documents/56164/1917696/stopperbild+br+anlass.jpg/f72c1126-8400-4076-b5da-6cf4b2aa886c?t=1510676446097

L'industrie vit actuellement une révolution: des interconnexions totalement nouvelles entre les ordina-teurs et les objets conduisent à un changement profond des modes de production. L'axe de recherche stratégique „Advanced Manufacturing“ (ARS-MA) nouvellement créé par le conseil des EPF doit venir soutenir l'industrie manufacturière dans son exploitation du potentiel de la digitalisation et dans le développement de technologies de production avancées. La manifestation du lancement de ce nouvel axe de recherche, placée sous le titre «L'industrie – base de notre prospérité», a eu lieu de lundi 13 novembre à Berne. A côté du chef du Département de l'économie, le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, assistaient aussi à cette manifestation le Président du Conseil des EPF Fritz Schiesser, le Président de l'EPFZ Lino Guzzella, le Président de l' EPFL Martin Vetterli et le Directeur de l'Empa Gian-Luca Bona ainsi que plusieurs représentants de l'industrie, parmi eux le Président de Swissmemt Hans Hess, Jean-Pascal Bobst, CEO du constructeur d'équipement Bobst et Peter Pirklbauer, Innovation Manager chez Airbus.

Allocution d'ouverture du Conseiller fédéral
/documents/56164/1917696/Bild+br+anlass.jpg/c54fd581-fb19-4538-9d04-fc572e6b216c?t=1510676460083
Allocution d'ouverture du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann

Plusieurs exposés ont tout d'abord esquissé et défini le thème «Advanced Manufacturing». Dans son allocution d'ouverture, le Conseiller fédéral Schneider-Ammann a loué l'industrie pour la forte position qu'elle occupe sur le plan international. Mais il a aussi relevé qu'il faut rester très attentif aux mutations industrielles. «Les jobs déplacés à l'étranger ne reviennent plus jamais». Il a assuré que le gouvernement était bien conscient que la digitalisation allait toucher tous les domaines de vie de la population. Ce qui est un défi, pour la politique aussi. Chaque parlementaire devra à l'avenir être aussi un ministre de la digitalisation», a conclu Schneider-Ammann.

Le Président du Conseil des EPF Fritz Schiesser a ensuite présenté les quatre grands axes stratégiques qui bénéficient du soutien financier des Domaines des EPF: à côté de l'axe Advanced Manufacturing, ce sont les axes Science des données, Recherche énergétique et Santé personnalisée. Ensuite, Lars Sommerhäuser, Programmanager de l'axe Advanced Manufacturing, a présenté les priorités thématiques et les possibilités de financement offertes par l'axe de recherche stratégique Advanced Manufacturing».

Laisser du temps et de l'espace pour le innovations

Dans son exposé, Jean-Pascal Bobst, CEO de l'entreprise industrielle du même nom, a plaidé pour que l'on laisse aux entreprises industrielles suffisamment de temps pour le développement de technologies et de domaines d'activité nouveaux. «Nous avons traversé trois crises au cours de ces cinq dernières années. Ceci n'a rien d'inhabituel – les actionnaires doivent cependant rester persévérants. Nous avons besoin de temps pour les innovations mais aussi d'espace pour les transformations importantes» a déclaré Bobst, en faisant preuve de précipitation on ne gagne finalement rien. Dans sa présentation il a montré quels sont les éléments nécessaires pour cette mutation industrielle en Suisse. Il demande pour cela aux milieux politiques de développer des visions pour l'avenir. «Nous devrions savoir où nous nous trouverons dans 30 ans».

Des aérofreins d'avion inspirés des nénuphars

Peter Pirklbauer, Innovation Manager chez Airbus, a présenté le dernier exposé. Il fait partie d'un petit groupe chargé d'identifier les possibilités d'utilisation de la fabrication additive en aéronautique et de développer des solutions pour cela. Il se pourrait que bientôt de plus en plus les pièces de rechange pour les avions seront produites sur place dans les aéroports. A l'avenir il ne sera plus nécessaire d'entretenir des stocks de pièces de rechange, il suffira d'avoir accès aux fichiers de données où sont mémorisées les informations pour l'impression 3D de la pièce de rechange. Par ailleurs, sur les avions, l'impression 3D de pièces métalliques «intelligentes» permet des diminutions de poids importantes. Ainsi, par exemple, Airbus veut à l'avenir produire des raidisseurs d'aérofreins sur un modèle bionique – qui s'inspire des raidisseurs internes des feuilles de nénuphars qui flottent sur l'eau et présentent une capacité portantes élevée.

Un podium de discussion, animé par l'ancienne productrice de la BBC Gill Parker, est venu clore cette manifestation. Les participants ont confirmé que le transfert de savoir et de technologie des hautes écoles vers l'industrie et en particulier vers les moyennes entreprises doit continuer à être soutenu afin de conserver à la place économique suisse sa compétitivité internationale. Mais il ne faut pas seulement regarder vers les hautes écoles, mais commencer déjà à l'école primaire. Il faut promouvoir à nouveau davantage une approche ludique de la technologie chez les enfants pour faire naître chez eux un enthousiasme pour elle et leur donner dans les mains les outils pour cela – et pourquoi pas aussi une imprimante 3D simple à utiliser.

Informationen

Dr. Lars Sommerhäuser
Program Manager, SFA Advanced Manufacturing
Tel +41 58 765 4787