ReMask: Masques respiratoires pour la Suisse

Unir ses forces contre l'urgence des masques

23 avr. 2020 | ANDREA SIX

Les masques de protection sont actuellement une denrée rare. Afin de doter la Suisse d'un matériel de protection efficace dans la crise du corona, les chercheurs de l'Empa travaillent sur le projet "ReMask" avec une équipe nationale composée de membres de la recherche, de la santé et de l'industrie. De nouveaux types de masques et des technologies permettant de réutiliser le matériel de protection existant sont en cours de développement - pour la présente, mais aussi pour les futures pandémies.

/documents/56164/12681608/Stopper_Claudio_Schwarz_Purzlbaum_f%C3%BCr+Unsplash_size.jpg/09a045a2-93d4-40d8-a84b-031b8522eaed?t=1586950071880
Les masques faciaux peuvent être réutilisés s'ils peuvent être désinfectés sans être détruits. Image: Claudio Schwarz / Purzlbaum pour Unsplash

Dans la crise du Corona, les chercheurs suisses se rapprochent. Pour répondre aux besoins de la Suisse en matériel de protection, les chercheurs de l'Empa, de l'ETH Zurich, de l'EPFL et du laboratoire de Spiez, ainsi qu'un grand nombre de partenaires du secteur des soins et de la santé et de l'industrie lancent le projet "ReMask". Les objectifs de ReMask sont les technologies suivantes: réutilisation des masques existants, une production nationale de matériel de protection efficace et le développement de masques alternatifs aux propriétés nouvelles pour lier et éliminer les virus.

Les conclusions de ReMask ont soutenu la "National COVID-19 Science Task Force" récemment créée, dont les experts conseillent l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), l'équipe de management de crise et d'autres agences fédérales sur la gestion de la pandémie. L'une des tâches prioritaires de la Task Force est celle de Peter Wick (Empa), Sarah Tschudin Sutter (Uni Basel) et Andreas Mortensen (EPFL), qui ont multiplié les efforts pour développer des projets de production et de réutilisation des masques de protection. Avec ReMask, ce projet multidisciplinaire a maintenant été mise en œuvre. Le groupe d'experts "Masques" de la Task Force scientifique a maintenant émis une recommandation concernant les exigences de qualité minimales pour les "masques communautaires" destinés à la population. Sur la base de ces recommandations, l'Empa examinera temporairement ces masques communautaires dans la situation de crise actuelle jusqu'à ce que le savoir-faire correspondant puisse être transféré à un organisme indépendant.

 

 

Masques de protection : trois types pour des objectifs différents
/documents/56164/12681608/Masken_box.jpg/c1a10d10-508f-4c7f-b9cb-054b928a4dbb?t=1586950073637
Images: Unsplash/stock

Les masques chirurgicaux (à droite) sont conçus pour empêcher le porteur de sécréter de grosses gouttelettes d'agents pathogènes. Ils protègent donc moins le porteur car de petites particules peuvent passer à l'intérieur et le masque qui ne s'adapte pas bien au visage. Mais, ils protègent l'environnement contre les gouttelettes contenant le virus d'un porteur infecté.

Les masques respiratoires FFP-2 (pièce faciale filtrante) sont différents : les masques FFP-2 (à gauche) sont conçus pour protéger le porteur contre les polluants et les agents pathogènes en suspension dans l'air. Les plus petites particules qui peuvent être piégées ont une taille d'environ 600 nanomètres. Les deux types de masques sont actuellement destinés à être portés qu'une seule fois.

Troisièmement, il y a les masques dits communautaires ou d'hygiène, qui ne sont pas couverts par les normes certifiées des deux autres types de masques. L'utilisation de masques communautaires est - comme son nom l'indique - destinée à la population générale comme moyen de minimiser le risque de transmission et donc de protéger l'environnement. 

/documents/56164/12681608/Auswahl_para.jpg/fde14ac6-4b57-4d1d-a6c3-f6b56929f759?t=1586950074053
La chercheuse de l'Empa Luzia Wiesli et le mécanicien Jörg Gschwend ont déjà commencé à travailler sur les dispositifs expérimentaux du projet ReMask. Image: Empa

Des projets de recherche ont déjà été lancés dans les laboratoires de l'Empa pour combler les goulets d'étranglement à court terme et ainsi permettre la réutilisation des masques. Cela garantit également une utilisation plus durable des ressources matérielles à long terme. Cela doit comprendre, entre autres, les éléments suivants: préciser comment les masques peuvent être stérilisés de manière non destructive, comment ils peuvent être stockés pendant de longues périodes et comment leur efficacité peut être vérifiée, même après un usage multiple.

Afin d'éviter l'utilisation de virus dangereux pour ces expériences, les chercheurs travaillent avec des particules non infectieuses pour étudier les processus à l'intérieur et à l'extérieur d'un masque lors d'une contamination par gouttelettes. "Nous développons actuellement des équipements pour simuler les interactions", déclare René Rossi, chercheur à l'Empa, du Laboratoire des membranes biomimétiques et des textiles à Saint-Gall. D'autres propriétés des masques comme la perméabilité à l'air (<60 Pa/cm2), la résistance aux éclaboussures (imperméable aux projections d'eau) ou l'efficacité de la filtration contre les petites particules (efficacité de filtration de 70% pour les particules d'une taille de 1 micromètre) doivent également être étudiées. Les protocoles d'essai qui sont élaborés dans ce contexte sont distribués pour être utilisés par un grand nombre d'entreprises qui fabriquent des masques, des filtres et des équipements de protection. "Il s'agit d'un effort national", déclare René Rossi. C'est pourquoi vous ne travaillez pas avec un seul des partenaires de l'industrie, mais avec l'ensemble du secteur.

Consortium ReMask

Pour le projet ReMask, des experts de la recherche, des soins de santé et de l'industrie travaillent ensemble afin de fournir rapidement les produits, concepts et de fournir des technologies pour la lutte contre le COVID-19. A l'Empa, le "Laboratoire pour les membranes biomimétiques et les textiles", le "laboratoire des interactions entre les particules et la biologie", le "transport à Laboratoire des interfaces à l'échelle nanométrique", le "Centre d'analyse des rayons X" et le laboratoire "Biointerfaces impliqués sont impliqués. Le site web du ReMask

Partenaires : l'ETH Zurich, l'EPFL, le Laboratoire de Spiez, l'Hôpital universitaire de Zurich, l'Inselspital de Berne, le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), l'Hôpital cantonal de Wintertur,  l'Hôpital du Valais, Regio 144 AG, Indema AG et 200 entreprises de l'Association suisse de l'industrie textile (https://subitex.empa.ch)

Les objectifs à moyen et long terme de ReMask comprennent également le développement et la production de nouveaux masques et composants de masques. Par exemple, des couches supplémentaires à l'intérieur et à l'extérieur des masques conventionnels amélioreront leur durabilité et leur fonctionnalité. À l'intérieur des masques, une couche de liaison à l'eau doit retenir l'humidité de la respiration du porteur. A l'extérieur, en revanche, le coronavirus doit être spécifiquement bloqué. On sait déjà que l'enveloppe pathogène en forme de couronne est électriquement chargée négativement. "Un revêtement de fibres ou de membranes chargées positivement lierait électrostatiquement le virus à l'extérieur du masque et le bloquerait ainsi", explique M. Rossi. Les chercheurs veulent également développer des textiles aux propriétés antivirales. René Rossi : "Nous poursuivons plusieurs approches permettant d'inactiver les coronavirus qui se posent sur le textile".

Ce projet s'appuiera sur les connaissances acquises au cours d'un projet précédent. Dans le cadre de ce projet de l'Empa et de l'EPFL (www.empa.ch/de/web/s604/schutzmaske), un masque qui est équipé d'un nouveau type de feuille filtrante a été mis au point. Ces nouveaux masques, plus robustes et plus efficaces, doivent également pouvoir passer les procédures de test, déjà mises en œuvre pour les masques réutilisés.

Pour la production et la fonctionnalisation des masques de protection, les entreprises suisses seront mises à contribution. Ainsi, ReMask n'est pas seulement un projet de recherche mais aussi un projet de développement commercial, qui pendant la crise du Corona, assure un certain nombre de commandes aux entreprises suisses.

Soutien à la création d'entreprises

Ces dernières années, plus de la moitié des start-up suisses de "deep tech" ont émergé des institutions du domaine des EPF, créant de nouvelles technologies, de nouveaux services et de nouveaux emplois. Afin que les performances innovantes et économiques des start-up suisses ne soient pas mises en péril par la crise du corona, le domaine des EPF a récemment lancé une nouvelle initiative à laquelle l'Empa participe également. La "COVID-19 Start-up Task Force" est destinée à soutenir les jeunes entreprises hautement qualifiées dans la situation de crise actuelle. Elle exploite également les synergies et les contacts avec les experts économiques de la "National COVID-19 Science Task Force" et les principaux acteurs de l'écosystème des start-up suisses.

Informations

Martin Fischer
SERI, Swiss National COVID-19 Task Force

Dr. Michael Hagmann
Empa, Communication
Tél. +41 58 765 45 92

En raison du temps de travail critique dans nos laboratoires, nous vous demandons actuellement de ne contacter directement nos chercheurs que dans des cas exceptionnels.

Follow us on Social Media 
            

Task Force COVID-19 : les chercheurs suisses se battent ensemble

Pour gérer la crise, des experts des domaines concernés se sont réunis pour former la "National COVID-19 Science Task Force", qui fournit un soutien consultatif à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et à d'autres agences fédérales. La Task Force, à laquelle appartiennent aussi les chercheurs de l'Empa, fait appel à des initiatives nationales et aux compétences des institutions participantes. Les universités et les hautes écoles suisses, les académies, le Fonds national suisse (FNS) et des partenaires des secteurs cliniques et industriels sont impliqués. Le groupe de travail est dirigé par Matthias Egger, président du Conseil national de la recherche du FNS. En plus de conseiller les décideurs, les participants se concentrent sur le développement de produits et de technologies qui peuvent être utilisés dans la lutte contre le SRAS-CoV-2 et sur la recherche sur l'agent pathogène et les mesures de contrôle appropriées. Pour plus d'informations : https://ncs-tf.ch/de/

 




Audio

Emission de radio sur RTS du 24 avril 2020