Camp d’été 2012 de l’Empa

Les vacances c’est aussi fait pour apprendre

Jul 23, 2012 | MARTINA PETER
C’est au mois de juillet qu’a eu lieu pour la neuvième fois déjà le camp d’été de l’Empa. Ce programme d’une semaine aide les parents à mieux concilier travail et famille durant les vacances scolaires. Les enfants de 7 à 12 ans pouvaient participer chaque jours à un «parcours ludique»: le matin ils partaient à la découverte de l’univers de la recherche à l’Empa et les après-midi étaient consacré au jeu. Des visites d’autres instituts de recherche et des excursions venaient encore arrondir ce programme.
/documents/56164/266851/a592-2012-07-23-b0x+stopper+Sommercamp.jpg/35c65325-2fb2-4d96-b122-aed40d3324ff?t=1448304362353
 

Le principe du renforcement des ponts est facile à comprendre lorsqu’on l’expérimente soi-même sur un modèle.


Les enfants en âge scolaire ou qui fréquentent le jardin d’enfants ont jusqu’à onze semaines de vacances – leurs parents engagés dans la vie professionnelle beaucoup mois. Comment alors assurer la continuité de la garde des enfants? Les grands-parents ne peuvent pas toujours prendre la relève et les offres de vacances pour les enfants n’existent pas partout. Mais les conflits crées par les vacances scolaires ne sont qu’une affaire familiale, dans les entreprises aussi la situation devient parfois serrée du fait de l’absence simultanée de nombreux collaborateurs. Une solution possible : l’employeur offre à ses employés une gardes des enfant limitée dans le temps – dont il profite lui aussi, il n’est que de penser ici à la promotion de la relève.

 
«Il existe un problème de relève dans les sciences de la nature et de l’ingénieur» explique Anne Satir, la promotrice et l’initiatrice de ces camps d’été. C’est aussi pourquoi il est important de faite connaître déjà tôt aux enfants – et plus particulièrement aux filles – certaines activités. «Des conductrices de locomotives et des institutrices on en voit partout» déclare-t-elle. Mais la variété des métiers que cachent les murs des instituts de recherche et des entreprises technologiques échappe souvent même aux adultes. «C’est ce à quoi nous désirons remédier en offrant déjà tôt aux enfant la possibilité de faire connaissance avec notre univers du travail.»
 
Faire mieux connaître le monde du travail aux enfants
De nombreux collaborateurs s’engagent depuis de nombreuses années déjà pour mieux faire connaître leur «monde» aux enfants. Et parmi eux aussi la chimiste Andrea Fischer qui travaille dans le laboratoire «Polluants atmosphériques / Technique de l’environnement» et qui est spécialisée dans la mesure de l’air atmosphérique et la technique de mesure des immissions. «L’air ce n’est pas rien» explique-t-elle aux enfants et leur donne dans la main une seringue obturée remplie d’air. «Essayez de presser. Sentez-vous la résistance? Il y a là quelque chose, même si on ne le voit pas.» Et cela continue avec des bains de glace et d’eau chaude pour une bouteille PET sur laquelle est enfilé en ballon de baudruche. Vous voyez comment le ballon se gonfle pour ensuite se ratatiner» Plein d’enthousiasme, les enfants dans leur blouse de laboratoire essayent eux-mêmes et sont tout fiers lorsque cela leur réussitt.
 

 
Size: 284 KB
 

Comment guider des gouttes d’eau à travers un labyrinthe?

 

 
Cela prend une allure très aérienne lorsque les enfant construisent leur propre cerf-volant sous la conduite experte des spécialistes des cerfs-volants ultralégers prévus pour la production d’électricité du «Center for Synergetic Structures». Fadri est tout exalté: «Appondus les uns aux autres les cerfs-volants de notre groupe montent à 15 mètres!» Et il propose« On ne pourrait pas attacher entre eux les cerfs-volants de tous les enfants du camp d’été? A quelle altitude volerait alors de cerf-volant le plus élevé? Et voilà que tous se mettent alors à tenter le calcul de tête.
 
Apprendre n’est pas un domaine réservé de l’école, c’est ce que démontre Bruno Maag dans la halle de génie-civil. Après que les enfants aient assemblé eux-mêmes un pont de bois, ils apprennent comment on peut le renforcer. Ils expérimentent le principe de ce renforcement en fabricant eux-mêmes un modèle avec du carton et des élastiques. Toutes ces expériences, toutes ces explications et toutes ces découvertes ne doivent pas toutefois faire oublier les jeux et l’exercice. C’est ce qu’assure le programme varié qu’a prévu la directrice du camp Margrit Conradin où les activités «didactiques» alternent avec des activités de loisir et des excursions. Par exemple la visite d’une station d’épuration organisée par l’Eawag, l’institut sœur de l’Empa. Un programme qui veille à ce que les enfants ne soient pas sur-sollicités, car c’est finalement les vacances.
 

Transposable à d’autres entreprises aussi – 12 points pour assurer le succès d’un camp d’été
La promotrice du camp d’été Anne Satir considère que l’organisation d’un tel programme d’été est en aucun cas une tâche très complexe. Elle conseille toutefois aux organisatrices et organisateurs potentiels de prendre en considérations quelques points importants pour assurer le succès de leur projet de vacances actives pour les enfants:

  1. Faire passer le plaisir pour les thèmes choisis – laisser faire les enfant eux-mêmes!
  2. Annoncer les dates à temps
  3. Bonne composition du programme
  4. Une semaine bien remplie est suffisante
  5. Nécessité d’établir des règles
  6. Personnalités bien réseautées et intégratrices pour l’organisation
  7. Animer les collaborateurs à participer
  8. Direction du camp d’été: nécessité d’une expérience pédagogique
  9. Toujours nécessaire: l’aide de têtes et de mains pour le programme d’accompagnement
  10. Mélanger les petits et les grands enfants
  11. Pas besoin de beaucoup de locaux
  12. Se manifeste de soi-même: écho positif