Signature d’un accord entre la Suisse et le Pérou

Une élimination des déchets électroniquerespectueuse de l’environnement qui crée des emplois

21 août 2009 | MICHAEL HAGMANN

La Suisse fait œuvre de pionnier dans de nombreux domaines de la protection de l’environnement. Entre autres aussi dans le recyclage et l’élimination des déchets électroniques et électriques (e déchets). Le Secrétariat d’Etat à l’économie SECO et l’Empa s’engagent depuis de nombreuses années déjà dans les pays en voie de développement en faveur d’une élimination des déchets électriques et électroniques éco-compatible et ménageant les ressources. Le 21 août 2009 le ministre de l’environnement péruvien Antonio Brack, et la ministre de l’économie suisse Doris Leuthard ont signé un accord de coopération dans ce domaine entre ces deux pays.

/documents/56164/286256/a592-2009-08-21-vertrag-seco-peru-b1xl.jpg/44d452a2-7842-4212-90db-c98fe624a9c1?t=1448305890620
 

Le 21 août 2009 le ministre de l’environnement péruvien Antonio Brack, et la ministre de l’économie suisse Doris Leuthard ont signé un accord de coopération dans ce domaine entre ces deux pays. (PHOTOPRESS/Seco/Janosch Abel)

Parallèlement à un projet similaire en Colombie, le SECO va soutenir durant deux ans et demi au Pérou avec différents partenaires privés et publics la mise en place d’un recyclage respectueux de l’environnement. Ce projet s’inscrit dans la stratégie du SECO d’accroître à moyen terme sa coopération au développement dans le pays cible qu’est le Pérou pour un montant de 15 millions de francs par année, avec un accent sur la promotion des technologies de l’environnement et de la protection climatique.
Ce projet est placé sous la direction de l’Empa qui a déjà réalisé différents projets portant sur les technologies de l’environnement en Colombie depuis 1998 et au Pérou depuis 2002. Un des objectifs de cette coopération est de réduire à un minimum la libération de substances toxiques lors de l’élimination des piles électriques, des matériaux isolants et des écrans d’ordinateurs et de télévision. Sa mise en œuvre est accompagnée de différents projets de recherche portant sur les conditions spécifiques à ces deux pays et sur l’identification de méthodes de recyclage appropriées (cf. aussi fact sheet). Cet accord a été signé par la Conseillère fédérale Doris Leuthard et le Ministre de l’environnement péruvien Antonio Brack à l’occasion de la visite de ce dernier en Suisse; visite lors de laquelle il s’est entre autres aussi informé à l’Empa des projet de recherche et de développement les plus récents de l’Empa sur l’utilisation efficiente des ressources et les écobilans, entre autres aussi sur une étude actuellement en cours sur le potentiel et les écobilans de différents biocarburants produits au Pérou. «Ce que l’Empa réalise dans le domaine des biocarburants au Pérou a une très grande importance pour nous – à savoir nous fournir des bases scientifiques pour des décisions politiques», a relevé Brack.


Objectif: récupération des matériaux valorisables et réduction des charges environnementales
Le but que poursuit ce projet au Pérou est la récupération et le recyclage des matériaux valorisables que renferment les déchets e-déchets, la réduction des charges environnementales ainsi que la création de nouveaux emplois tout au long de la chaîne de valorisation et d’élimination. La valorisation des métaux rares et précieux que renferment par exemple les circuits imprimés devrait permettre aussi de développer des relations commerciales internationales. Tout comme déjà en Chine, en Inde et en Afrique du Sud, les acteurs suisses de la récupération des déchets électronique, et avant SWICO Recycling et SENS, mais aussi des entreprises suisses de recyclage développant des activités internationales, participent aussi à ce projet. La plateforme internationale «StEP – Solving the e-Waste Problem», à laquelle participent diverses institutions de l’ONU mais aussi des  multinationales telles que HP, Dell, Cisco et Microsoft et dont le SECO et l’Empa font partie des membres fondateurs, assure que les mesures engagées au Pérou viennent renforcer le transfert de technologie à l’échelle mondiale.


Dans les pays en voie de développement aussi, la vente des appareils électroniques augmente
Comme le montrent les statistiques de l’OCDE, le commerce global des produits des technologies de l’information et de la communication représentaient en 2004 déjà les 8 % du produit social brut mondial. La diffusion des technologies modernes ne s’arrête pas aux frontières des pays en voie de développement. On estime que, par exemple, en Amérique latine, le volume commercial correspondant va plus que doubler dans moins de cinq ans. Ce qui ouvre de nouveaux domaines d’activité, par exemple dans le recyclage des métaux, pour certains rares et précieux, que renferment ces produits.
Malgré les conventions internationales telles que la Convention de Bâle qui interdisent l’exportation de ces produits comme déchets, les autorités douanières ne sont pas toujours en mesure de déterminer si de tels appareils sont importés comme déchets ou pour une réutilisation. Bien que, par exemple, des ordinateurs usagés puissent aussi fréquemment être réparés pour être réutilisés utilement pour assurer à des groupes de population défavorisés l’accès à la société internationale du savoir, ils finissent très souvent de manière  incontrôlée dans les entreprises de recyclage sauvage des arrières cours des grandes villes. La réintégration dans une chaîne de valorisation par réparation et recyclage est souvent assumée par un secteur informel qui d’une part fonctionne le plus souvent de manière inefficace et où, d’autre part, la libération de polluants due à un traitement inadéquat met en danger les travailleurs et l’environnement.
Depuis 2003, le SECO finance des projets de recyclage éco-compatible dans le cadre de partenariats scientifiques en Chine, en Inde et en Afrique du Sud. L’Empa, qui dispose d’une longue expérience dans la mise en pratique de mesures de recyclage écologiques, en assume la responsabilité de leur direction et de leur réalisation. «La pénurie et la finitude de nombreuses matières premières est mise en évidence pour la société précisément par l’électronique qui en consomme actuellement une grande part et qui est ainsi aussi contrainte de se préoccuper de ses déchets» déclare le responsable du projet Heinz Böni qui dirige le groupe «sustec - sustainable technology cooperation» de l’Empa.

 

 
R’09 et World Resources Forum à Davos – sur le thème des e-déchets aussi
Du 14 au 16 septembre, les spécialistes des ressources du monde entier se réuniront à Davos et à Nagoya au Japon pour le «R’09 Twin World Congress» (www.r2009.org) et pour le premier World Resources Forum (www.worldresourcesforum.org) – tous deux organisés par l’Empa. Afin de réduire au minimum les vols intercontinentaux des participants – la principale nuisance environnementale liée aux congrès – ces manifestations se dérouleront parallèlement en Europe et au Japon; les deux sites étant reliés en temps réel par vidéoconférence. Les participants pourront ainsi suivre de manière interactive et en temps réel sur les deux sites aussi biens les exposés dans les salles de conférence que les rencontres informelles se déroulant dans les salons. A côté de la productivité des ressources, de l’efficience énergétique, des flux de matière, du recyclage et des analyses des cycle de vie, p. ex. des biocarburants, les e-déchets seront un des thèmes importants traités à Davos et à Nagoya.
 
 
 

Plus d'informations:

 

Informations:

Rédaction/Contact médias: