Les revêtements nano ne libèrent presque plus de particules nano

De l'argent dans la machine à laver

30 juin 2014 | CORNELIA ZOGG
Les matières textiles revêtus argent et donc antibactériennes jouissent d'une grande popularité auprès des sportifs et dans la médecine.  Une équipe de l'Empa a maintenant examiné si et comment différents revêtements d'argent réagissent dans la machine à laver et a fait une découverte intéressante : les matières textiles dotées de revêtements nano émettent moins de particules nano dans l'eau du lavage que les textiles à revêtement ordinaire.
/documents/56164/256671/a592-2014-06-30-MM-b1s-Silberpartikel.jpg/d7772051-3474-43fa-bea3-5023786aec93?t=1448303178563
 

Symbole Image, source: istockphoto.com

La nano ne tient pas forcément toujours les promesses nano : c'est du moins le cas pour les textiles à revêtement d'argent, explique Bernd Nowack de la division Empa « Technologie et société ». À chaque lavage, une certaine quantité du revêtement d'argent se détache des matières textiles et finit dans les eaux usées. C'est cette eau que l'Empa a analysée ; il s'est avéré que les textiles à couche nano n'émettent quasiment pas de particules nano, contrairement aux revêtements ordinaires, qui libèrent de nombreuses particules d'argent. Par ailleurs, les textiles à couche nano avec ions d'argent perdent généralement moins d'argent lors du lavage. Cela s'explique par le fait que, dans le cas des couches nano, les textiles comportent bien moins d'argent et que ce dernier est libéré de manière plus dosée pour obtenir sa propriété antibactérienne que chez les revêtements conventionnels. Une conclusion surprenante, qui change la donne et le maniement des textiles avec ions d'argent à l'avenir. « Tous les textiles avec ions d'argent ont un comportement similaire – qu'ils soient à couche nano ou conventionnels », selon Nowack. C'est pourquoi les textiles à couche nano avec ions d'argent ne devraient pas être règlementés plus strictement que les textiles avec ions d'argent conventionnels, ce dont on devrait tenir compte dans le cadre du débat actuel autour d'une éventuelle règlementation spéciale de l’argent nano.
Que signifie la présence de particules d'argent dans les eaux usées ? Au contact de l'air et du soufre qu'il contient (en faible quantité), l'argent se transforme en sulfure d'argent ; le même processus a lieu dans la station d'épuration. Le sulfure d'argent difficilement soluble se dépose au fond du bassin d'épuration et est ensuite incinéré avec les boues d'épuration. Il ne reste donc presque rien de l'argent des eaux de lavage dans l'environnement. L'argent est relativement peu toxique et donc pas dangereux pour l'homme. Même si des particules d'argent se détachent des textiles lorsque l'on transpire beaucoup, celles-ci ne sont pas absorbées par une peau saine.

Quel produit de lavage pour quel revêtement

En prochain lieu, l'équipe de Nowack prévoit de laver des textiles avec ions d'argent avec différents produits de lavage ordinaires. Il s'est avéré que certains composants de produits de lavage peuvent changer la forme de l'argent. Il est donc arrivé qu'avant le lavage, les chercheurs détectent des ions d'argent, donc de l'argent détaché (une forme conventionnelle d'argent) dans les textiles, mais qu'après le lavage, ils découvrent de l'argent élémentaire, donc de l'argent nano métallique ou d'autres formes, telles que le chlorure d'argent (peu soluble).
En fin de compte, les textiles avec ions d'argent se composent d'une multitude de matériaux d'argent en transformation et métamorphose constante. Et cela non seulement durant le lavage, comme le souligne Nowack. « Même lors du processus de fabrication et de l'application du revêtement, des influences extérieures peuvent avoir des conséquences sur la composition des particules d'argent dans la matière textile, avant même que le client ne puisse ranger le produit dans son armoire. »

 
 
Les images peuvent être téléchargées depuis flickr.
 
 
 

Informations


Rédaction / Contact médias


 
Bibliographie:
«Presence of Nanoparticles in Wash Water From Conventional Silver and Nano-Silver Textiles», Denise M. Mitrano, Elisa Rimmele, Adrian Wichser, Rolf Erni, Murray Height, Bernd Nowack, ACS Nano, 

DOI: 10.1021/nn502228w