Saut au contenu

Vêtements recyclés

Une veste d'une veste d'une veste d'une veste ...

29 sept. 2021 | NORBERT RAABE

Fabriquer, porter, laver, incinérer : Ce cycle de vie typique des vêtements, qui pollue l'environnement, doit être modifié à l'avenir - vers des principes d'économie circulaire avec recyclage. A l'aide d'une veste de plein air fabriquée à partir de bouteilles en PET et de matériaux recyclés, les chercheurs de l'Empa ont examiné si le produit tient effectivement ses promesses.

/documents/56164/17384852/EQ72+Jacke+hellgruen-870+490.jpg/f219fa18-e9cc-4332-b55a-db0e9dfdabc4?t=1624895358060
La couleur verte de la veste indique que des matériaux issus du processus de recyclage ont été traités. Image: Schoeller Textil AG

À première vue, une veste de pluie normale : trois couches de polyester, une doublure à l'intérieur, une membrane perméable à la vapeur d'eau sur le dessus et un tissu hydrofuge à l'extérieur, avec une capuche. Mais la fermeture éclair vous laisse perplexe. Au lieu de s'arrêter à la hauteur du col, elle remonte sur le front ... - qui la tirerait aussi loin ?

Annette Mark, du fabricant de textiles BTK Europe, qui a travaillé sur ce produit, en donne l'explication. La fermeture éclair est censée être visuellement frappante - et sert principalement au recyclage : cousue avec un fil qui se dissout dans l'eau bouillante, elle est plus facile à enlever que deux fermetures. "Tirez une fois et vous avez terminé", dit l'experte en textiles et en recyclage. La couleur vert clair provient également du recyclage : la matière première, un granulé fabriqué à partir d'un mélange de textiles différents mais d'une seule variété, est vert foncé - et la fusion et le filage de la matière pour de nouveaux fils l'éclaircissent.

L'économie circulaire dans l'industrie textile
/documents/56164/17384852/EQ72+Jacke+para.jpg/4c2aca7c-46c5-4653-9e80-1714c3c0d07f?t=1624895358350
La structure du tissu de la veste d’extérieur en détail. Image: Schoeller Textil AG

Boutons magnétiques, coutures, ourlets : chaque détail de la veste suit l'approche "Design2Recycle", comme il est indiqué sur le site web de "Wear2wear". Six entreprises de l'industrie textile européenne ont uni leurs forces dans ce consortium pour promouvoir l'économie circulaire. Après tout, plus de 70 % de tous les textiles produits dans le monde finissent dans des décharges ou des incinérateurs sans être recyclés.

Que peut apporter l'économie circulaire dans ce secteur ? Une équipe du département Technologie et société de l'Empa a examiné de plus près la veste et son impact environnemental - à l'aide d'une analyse du cycle de vie sur une période d'utilisation de quatre ans, incluant trois lavages. Les candidats : une variante produite sans méthodes d'économie circulaire, la "version starter" de la veste disponible depuis 2019 en bleu - avec une couche extérieure en polyester dérivé de bouteilles en PET usagées - et la version verte issue du processus de recyclage ultérieur, dans laquelle les pertes de matière inévitables sont remplacées par du nouveau polyester.

Les analyses effectuées par les chercheurs de l'Empa montrent que les produits recyclés sont plus performants - dans onze catégories de risques environnementaux examinées, notamment le réchauffement climatique, la toxicité pour les écosystèmes et la pénurie d'eau. Les avantages sont frappants, par exemple en matière de pollution atmosphérique, car moins de polluants sont libérés sans incinération. Et dans le cas de la pénurie d'eau, notamment avec la veste verte après la première "boucle" de recyclage, pour laquelle les bouteilles en PET ne sont plus utilisées.

Autres enseignements des analyses : dans le cas de l'effet de serre, le bénéfice maximal pour l'environnement est de 30 %. Et l'utilisation de bouteilles en PET n'apporte pas d'avantages majeurs pour le bilan. Ce qui est déterminant, en revanche, c'est le nombre de cycles de recyclage pour produire toujours plus de nouvelles vestes : Le bilan s'améliore de veste en veste - à condition que la qualité du polyester reste suffisamment élevée.

Dans la pratique, c'est un défi, comme l'explique Annette Mark : "Selon l'origine, la matière première peut être très différente. Si les fibres ont été enduites de certains additifs, les buses des machines à filer peuvent se boucher. Et en général, la qualité diminue avec le nombre de recyclages : structures plus irrégulières du fil et résistance plus faible.

Conclusion d'Annette Mark sur les analyses de l'Empa : "très réalistes" et utiles pour des améliorations. "La coopération a été très agréable", dit-elle, "une transparence totale et aucun compromis". Les chercheurs ont également trouvé cette collaboration fructueuse. "La collaboration ouverte entre l'économie et la science est extrêmement importante", explique Gregor Braun, ancien membre de l'équipe, qui a quitté l'Empa et travaille désormais comme consultant en durabilité. "La durabilité et l'économie circulaire peuvent bien fonctionner ensemble".

La veste sera-t-elle un succès commercial ? "L'industrie textile est en plein bouleversement. Une nouvelle réflexion est en cours, que nous ne devons pas manquer", déclare Annette Mark. Mais les grandes entreprises qui développent déjà des produits similaires "ont des options complètement différentes". Néanmoins, des négociations sont en cours avec un fabricant de vêtements de sport - pour une veste polaire, pour laquelle les résultats de l'Empa pourraient également être utiles.

Fibres microplastiques provenant de textiles

Les textiles en polyester font même la une des journaux en raison de la libération de fibres microplastiques - par exemple lors du lavage - qui sont parfois présentées comme un danger pour l'homme et l'environnement. Les experts de l'Empa ont étudié la formation et la libération de fibres microplastiques. Les résultats : Les fibres sont libérées principalement sur les bords du tissu. Leur formation et leur libération dépendent, entre autres, du type de fibre, du traitement de surface et de la méthode de coupe. Par rapport à d'autres textiles, beaucoup moins de fibres sont libérées des textiles découpés au laser lors du lavage. L'Empa mène des recherches avec des partenaires industriels pour réduire encore la production de ces fibres lors de la fabrication. Dans les stations d'épuration suisses, cependant, les microfibres sont en grande partie retirées des eaux usées et incinérées avec les boues d'épuration.

Informations

Rédaction / Contact médias

Norbert Raabe
Communication
Tél. +41 58 765 44 54




Follow us
 
Reportage

De la poudre de titane à la prothèse de hanche

La fabrication additive est fascinante : comme par magie, des pièces complexes poussent dans des imprimantes 3D : couche par couche - sans intervention humaine, du moins comme il semble à première vue. Mais la technologie est exigeante et nécessite beaucoup de travail manuel avec un instinct sûr, comme le montre une visite de l'équipe du "Swiss m4m Center" à Bettlach.
>>>>

Fibres

Ligne de données en glycérine

Les données et les signaux peuvent être transmis rapidement et de manière fiable avec les fibres de verre - tant que la fibre ne se brise pas. Une forte contrainte de flexion ou de traction peut rapidement la détruire. Une équipe de l'Empa a maintenant développé une fibre avec un noyau de glycérol liquide qui est beaucoup plus robuste et peut transmettre des données de manière tout aussi fiable. Et ces fibres peuvent même être utilisées pour fabriquer des composants microhydrauliques et des capteurs de lumière.
>>>>

Interview

"Le recyclage n'est pas automatiquement durable"

L'économie circulaire et le recyclage dans l'industrie textile : la Suisse et l'UE veulent promouvoir une gestion durable. L'Empa effectue depuis des années des recherches à ce sujet. L'experte en durabilité Claudia Som parle dans une interview des opportunités, des pièges et des idées pour l'avenir.
>>>>

Quick Access

The latest EmpaQuarterly:
Focus: Energy revolution