Premier "CE2 Lab" virtuel

Vers des cycles fermés

24 juin 2020 | STEPHAN KÄLIN
L'économie circulaire prend pied dans de plus en plus de secteurs de l'économie : dans certains cas, il existe déjà des modèles commerciaux établis, dans d'autres, elle n'est visible que dans des actes pionniers visionnaires. Où sont les obstacles à une économie circulaire qui fonctionne, et comment les surmonter? C'est ce qui a été discuté par les participants du CE2 Lab le 23 juin 2020, à l'invitation du Forum économique suisse, de l'Empa et du Programme national de recherche "Economie durable" (PNR 73).
/documents/56164/13428369/UMAR_Stopper.jpg/fb34a220-9565-4339-9fe4-0a4e261bd079?t=1593011264680
L'unité NEST "Urban Mining & Recycling" se compose uniquement de matériaux qui peuvent être réutilisés, recyclés ou compostés après démantèlement.

"En fait, j'aurais aimé vous accueillir à l'Empa", a déclaré Roland Hischier au début de son exposé. Au lieu du Lerchenfeld de St-Gall, le responsable du groupe de recherche "Advancing Life Cycle Assessment" de l'Empa s'est adressé mardi dernier par vidéoconférence aux 40 participants du CE2 Lab. Le Covid-19 a veillé à ce que l'événement soit déplacé dans l'espace virtuel. Néanmoins, une discussion animée s'est développée entre les participants – pour la plupart des experts et des professionnels qui traitent des questions de durabilité ou d'économie circulaire – au cours de la session d'environ une heure et demie.

Roland Hischier de l'Empa et Barbara Dubach du Programme national de recherche "Economie durable" (PNR 73) ont lancé la manifestation en élaborant un tableau du paysage de la recherche pour l'économie circulaire. Le PNR 73 s'engage à adopter une vision globale de toutes les ressources naturelles et de toutes les étapes de la chaîne de valeur. L'industrie du recyclage est un sujet important, et c'est là que se concentre le projet "LACE", dans lequel Roland Hischier et son équipe sont impliqués. En collaboration avec d'autres instituts de recherche et des partenaires de l'industrie, Roland Hischier and Co. veulent élaborer des apports très concrets pour une économie circulaire appliquée – non seulement sur les matériaux et les technologies, mais aussi sur les exigences légales et les modèles commerciaux. Comme l'ont montré les discussions ultérieures des groupes, le besoin d'action peut être identifié dans différents domaines en fonction du secteur économique.

"Tinder" pour sacs et vêtements compostables

Mais avant que les participants ne se séparent en groupes, Anna Blattert de Freitag Lab.ag a présenté l'histoire à succès des deux frères Freitag. Une histoire dont l'origine se trouve dans l'idée de réutilisation. Les sacs fabriqués à partir de vieilles bâches de camion sont maintenant connus dans le monde entier. Ces dernières années, des services de réparation des sacs usagés ont été ajoutés – pour prolonger encore la durée de vie des produits, "Tinder pour sacs" – un marché d'échange pour les sacs devenus ennuyeux, mais aussi des produits complètement nouveaux comme une collection de vêtements biodégradables.

Les participants aux quatre courts ateliers ont convenu qu'il existe des modèles commerciaux pour les produits et services recyclables dans pratiquement tous les domaines. Mais ils ont également convenu qu'une économie du recyclage qui fonctionne bien a beaucoup à voir avec une remise en question de notre part à tous. Dans l'industrie de l'habillement, par exemple : "Aujourd'hui, nous pouvons fermer le cycle du textile, filer de nouveaux fils à partir de vieux textiles et les transformer en nouveaux vêtements", a déclaré Annette Mark de Schoeller Textil AG. "Le défi réside dans le manque de confiance des clients dans ces tissus." 

Le secteur de la construction est également confronté à des difficultés similaires. L'Empa et ses partenaires de l'unité "Urban Mining & Recycling" du bâtiment de recherche et d'innovation NEST ont démontré que la construction actuelle peut être réalisée de manière compatible avec le cycle fermé. L'appartement de trois pièces peut être entièrement démonté et tous les matériaux peuvent être réutilisés, recyclés ou compostés. "Cependant, l'acceptation de ces matériaux par le propriétaire du bâtiment est souvent un obstacle", a déclaré Selma Nayme-Schulz de Losinger Marazzi dans l'atelier "Industrie de la construction". En outre, les questions de garantie et de cautionnement sont encore largement sans réponse : "Qui assume la responsabilité si un composant réutilisé se casse", a demandé Mme Nayme-Schulz au panel.

Une demande accrue pour les emballages en plastique

Dans les deux ateliers "Industrie alimentaire" et "Biens de consommation", animés respectivement par des représentants du groupe SV et de Lidl Suisse, les participants à la discussion ont pu se familiariser assez rapidement avec les emballages. Il a été convenu que l'objectif est de réduire l'utilisation du plastique. Cependant, la perception du public à l'égard des emballages en particulier a considérablement changé pendant la crise du Covid-19. Par exemple, les représentants des détaillants ont signalé une augmentation notable de la demande de denrées alimentaires emballées en raison de problèmes d'hygiène.

En fin de compte, une économie circulaire qui fonctionne a donc beaucoup à voir avec les décisions individuelles. Mais comme nos flux de ressources s'étendent sur toute la planète, il vaut la peine d'examiner l'économie circulaire dans tous les thèmes et secteurs, comme l'ont fait les chercheurs de l'Empa et comme cela a été appliqué dans le CE2 Lab.

Rédaction / Contact Médias

Follow us on Social Media