75 ans de la Station de recherche du Jungfraujoch

Détective de la pollution atmosphérique en Europe

29 août 2006 | KARIN WEINMANNALL

C’est en 1931 qu’a été inaugurée cette station qui est la station de recherche la plus haute d’Europe. Aujourd’hui, des scientifiques travaillent à plus de 25 projets de recherche suisses et internationaux dans ce centre de recherche environnementale renommé. Et parmi eux des chercheuses et des chercheurs de l’Empa, spécialistes de l’étude des influences des polluants sur le climat et la qualité de l’air. Avec l’Académie suisse des sciences naturelles, la Fondation internationale de la station de recherche de haute montagne du Jungfraujoch et du Gornergrat (HFSJG), Météosuisse, le PSI, l’EPFL et l’Université de Berne, ils donnent aujourd’hui aux médias un aperçu exclusif de leurs travaux actuels.

/documents/56164/303841/a592-2006-08-29-b1m+Jungfraujoch.jpg/836050a7-14d1-4cb7-85ea-383ee40a90d3?t=1448303746910
 

Les gaz en traces produits par notre société industrielle contribuent aux phénomènes globaux tels que le trou d’ozone et le réchauffement climatique. Il est nécessaire de procéder à des mesures de longue durée dans des stations appropriées pour déterminer l’ampleur des émissions, les sources et les variations temporelles (augmentation ou diminution) de ces substances polluantes dans l’atmosphère. La station de recherche de haute montagne du Jungfraujoch est un lieu idéal pour cela; à une altitude de 3580 m, l’Empa a installé des instruments de mesure très sensibles pour mesurer en continu les quantités même les plus infimes de polluants présents dans l’air – cela jusqu’à des concentrations de l’ordre du ppt (parts per trillion), soit une particule de la substance X dans 1 billion de particules d’air.

Par sa situation centrale au coeur de l’Europe hautement industrialisée et du fait de la faible pollution locale, la station de mesure du Jungfraujoch est particulièrement bien adaptée à l’étude des émissions de polluants en Suisse et en Europe. Grâce à la combinaison de séries de mesures continues portants sur de nombreuses années avec des modèles météorologiques, les chercheurs de l’Empa sont en mesure de remonter jusqu’aux sources des polluants et d’estimer l’ampleur de leurs émissions, comme par exemple pour le solvant 1,1,1 – trichloréthane (0.3-3 tonnes / année). La comparaison des émissions ainsi déterminées avec les valeurs déclarées par les différents pays permet de vérifier de manière indépendante le respect des accords internationaux comme les protocoles de Kyoto ou de Montréal sur la réduction des gaz tueurs d’ozone tels que les hydrocarbures fluorochlorés.

Du fait de cette situation unique et de son vaste programme de mesure la station de mesure du Jungfraujoch joue aussi un rôle important dans les réseaux de mesure européens et globaux. Elle est l’une des 23 stations globales du programme GAW (Global Atmosphere Watch) de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et une des rares statons au monde à procéder à des mesures continues de plusieurs douzaines de composés halogénés.

La station du Jungfraujoch est encore la station de mesure de la pollution de fond du réseau national d'observation des polluants atmosphériques NABEL exploité par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et l’Empa. La détermination des concentrations de fond des polluants permet de vérifier l’efficacité des mesures prises pour la réduction des émissions anthropogènes, autrement dit causées par l’homme (figure 2) ; elle permet en outre une identification et une mesure précoces des nouveaux polluants.

Les activités de recherche de l’Empa se concentrent

  • sur la quantification des émissions provenant de la Suisse et de l’Europe
  • le développement des techniques de mesures pour de nouvelles substances
  • les analyses de tendance de l’évolution des concentrations de fond des polluants pour le contrôle du succès des mesures visant à leur réduction et pour la détection précoce des changements atmosphériques.

 

Contact:

Empa, Laboratoire Polluants atmosphériques / Technique de l’environnement,
Überlandstrasse 129, 8600 Dübendorf:

Dr Brigitte Buchmann, +41 44 823 4134,
Dr Stefan Reimann, +41 44 823 4638,